Ready ? Ma check-list

Mon sac est fait. Je vérifie ma liste : il manque… la nourriture ! Et mon sac est plein à craquer, c’était peut-être un peu juste, 34 litres… Je n’ai plus qu’à me faire inviter !

Pour partir deux mois, voici ce que j’emporte :

IMG_0820
Chemin de Saint Jacques en famille, mai 2015

Pour dormir :
– Un matelas auto-gonflant : le matelas en mousse était bien sûr plus léger, mais aussi plus encombrant et surtout trop fin.
– Une cape de pluie : elle me servira à protéger le matelas en la plaçant dessous, en plus de me protéger de la pluie debout, assise ou couchée. Mon maître mot question matériel : « couteau suisse ». Autrement dit, je privilégie les objets aux multiples utilités.
– Un duvet confort 0°.

Pour m’habiller :
– Une polaire et un k-way, qui se transforment en manteau d’hiver si je les accroche ensemble.
– Un jean, celui que j’adore et que je peux rouler aux chevilles si j’ai trop chaud. Le treillis ne m’a pas convaincue.
– Un pull à col roulé : pour avoir plus chaud si la polaire ne suffit pas ou la remplacer si elle est trop sale.
– Trois tee-shirts à manches longues et trois débardeurs, le tout séchant le plus vite possible.
– Cinq culottes .
– Cinq paires de chaussettes : avec la transpiration, il faut que je puisse en changer tous les jours.
– Un soutien-gorge.
– Un pyjama ultra-fin : si je dors dehors après avoir transpiré et sans pouvoir me laver, j’aurai moins froid en changeant de vêtements.
– Une jupe passe partout, pour me sentir fille quand j’en ai envie et remplacer le jean durant la lessive.
– Un caleçon noir, qui va avec ma jupe s’il fait froid et qui remplacera le jean le temps des lessives.
– Un sac plastique à linge sale .
– Un maillot de bain une pièce, passe partout.
– Un paréo : il peut servir de jupe longue, de drap, de serviette…
– Un foulard, pour le cou si j’ai froid, pour la tête s’il fait chaud.
– Des sandales.
– Des chaussures de marche.

Pour l’hygiène :
– un demi-savon écologique, moins lourd et moins encombrant qu’un savon entier, et qui polluera moins si je dois me laver dans une rivière.
– un gant, pour la toilette vite faite dans les WC des cafés.
– une mini-serviette de toilette.
– une brosse à dent.
– du dentifrice écologique.
– un petit flacon de shampoing.
– du fil dentaire (indispensable avec mes dents ultra-serrées !)
– un peigne.
– du papier toilette.
– mes protections hygiéniques : quelques serviettes et protège-slip en cas d’urgence, mais surtout ma fidèle mooncup !
– des gants Mappa, pour protéger mes doigts lors des lessives à la main.
– deux pinces à linge, pour accrocher les vêtements mouillés sur le sac.

P1020391
Irlande 2013 : doigts abîmés par la lessive…

Pour me faire belle :
– une barrette à cheveux.
– des élastiques.
– un crayon noir.
– une pince à épiler.
– un rasoir.
– mon petit tube de crème pour le visage.

Pour me soigner :
– des pansements.
– du Dafalgan.
– du magnésium, en cas de coup de blues.
– un tube de crème au calendula bien entamé , notamment pour mes pieds.
– des petits ciseaux.

Pour me nourrir et m’hydrater :
– une bouteille d’eau d’un litre et un thermos : je peux remplir les deux gratuitement dans les cafés ou chez les gens.
– un sachet de thé en vrac.
– une cuillère à thé.
– du chocolat noir.
– des amandes.

Pour mes papiers :
– un petit sac en bandoulière que je peux rouler sur lui-même et qui sert aussi de portefeuille.
– une poche cachée.

Pour me protéger et me rassurer :
– une bombe lacrymogène.
– un sifflet.
– des lunettes de soleil.
– un stick à lèvres.
– un mini-flacon de crème solaire.
– des préservatifs, voir le bel article de Globestoppeuse.
– l’attestation européenne de l’assurance maladie.
– l’attestation de l’assurance.
– le numéro pour bloquer ma carte bancaire en cas de vol.

Pour me déplacer :
– ma carte de bus de Toulouse.
– les tickets de métro restants de Paris et Montpellier.
– un marqueur, pour les panneaux en stop.

Pour m’orienter :
– une carte de France.
– une carte d’Italie et une carte de Grande-Bretagne.

Pour me débrouiller :
– un opinel.
– une lampe frontale.
– un smartphone (internet pour le couchsurfing et le covoiturage notamment), et le cable pour le charger : pas besoin de prise, l’USB peut se brancher sur n’importe quel ordinateur.
– des sacs plastiques (pour la poubelle, la nourriture, le linge mouillé…).
– un avis de situation de Pôle Emploi, pour les éventuelles réductions.
– un briquet.

Pour écrire, lire, garder des traces :
– mes lunettes.
– une clé USB.
– un mini-carnet de voyage.
– un carnet de comptes.
– un autre carnet pour les poèmes, et au cas où je terminerais le premier carnet de voyage avant la fin.
– un stylo.
– deux livres : les Leçons de vie de la Prophétie des Andes, de James Redfield, et L’esprit nomade, de Kenneth White.
– mon appareil photo et son chargeur.

P1030849
Ma signature !

Pour échanger :
– des photos à donner.
– des origamis.
– des mini-dictionnaires d’italien et d’anglais, ainsi qu’une grammaire d’italien.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s